Ian Sansom (Auteur)

Résumé

Israël Armstrong, intellectuel anglais d'une trentaine d'années, a enfin trouvé le métier de ses rêves : il se voit attribuer le poste de bibliothécaire en chef dans une petite bourgade rurale d'Irlande du Nord. Sa déception sera de taille quand il s'apercevra que tous les livres de la bibliothèque en question ont été volés et il devra mener l'enquête. Electre 2015

Année de publication: 2015
Editeur:Hoëbeke
Nombre de pages: 1 vol. (328 p.)
Langue:Français
Univers:A03 - Romans policiers

Dans le même univers

Le Mystère des livres disparus, premier titre de la série des « Enquêtes en bibliobus d'Israël Armstrong », démarre sur les chapeaux de roue !

Pour ce trentenaire londonien, replet, végétarien, féru de littérature, vêtu d'un costume de velours côtelé, portant de petites lunettes rondes cerclées d'or, les poches de son duffle-coat débordant de livres (au cas où...), devenir bibliothécaire était le rêve absolu.

Mais quand Israël Armstrong débarque à Tumdrum, en Irlande du Nord, pour prendre ses nouvelles fonctions, il est loin de se douter de ce qui l'attend.

Et pour cause : la bibliothèque vient de fermer définitivement pour être remplacée par un bibliobus (en fait, un vieux fourgon rouillé).

Mais, pire encore, les 15 000 livres de la bibliothèque ont mystérieusement disparu. Et c'est à Israël, devenu malgré lui le premier et sans doute l'unique bibliothécaire-détective au monde, que revient la charge de les retrouver.

Durant cette enquête aussi hilarante que loufoque, Israël devra faire face à une population mal aimable, peu coopérative et dotée d'un accent épouvantable. Sans compter que rouler en bibliobus sur les routes étroites du fin fond de l'Irlande n'est pas chose aisée lorsque l'on possède un sens de l'orientation quasi nul.

Allant de quiproquos en fausses pistes, finira-t-il par amadouer les habitants et à éclaircir le mystère des livres disparus ?

« Le plus original et le plus drôle des détectives amateurs que vous ayez jamais rencontrés. »
The Times

« L'antidote parfait à la morosité. »
The Guardian