René Pétillon (Auteur) Erik Emptaz (Préfacier)

Résumé

Près de 300 dessins satiriques couvrant vingt années de vie politique française publiés dans Le Canard enchaîné entre 1993 et 2018. Focalisés sur la fonction de président et les élections présidentielles, ils sont classés par thèmes : se faire élire, savoir parler aux journalistes, représenter la France dans le monde, protéger sa vie privée, écrire ses pensées, entre autres. ©Electre 2022

Année de publication: 2021
Editeur:M. Lafon
Nombre de pages: 1 vol. (173 p.)
Thème / Genre:Politique
Niveau:Tout public

Si j'étais président...

Pétillon avait, disait-il, « le pessimisme gai », un aimable travers qui collait chaleureusement avec ce qu'il nommait aussi sa « disposition pour le mauvais esprit ». Sur la politique, il a porté un regard sans trop d'illusions, mais toujours teinté de cette ironie subtile et décalée qui faisait son style. Et pendant les 25 années qu'il n'a pas vues passer au Canard enchaîné, Il a dessiné, chaque semaine, sans que jamais ni l'humour ni le talent ne lui fassent faux bond. Les quelque 300 dessins électoraux de ce livre vous en donnent plus qu'une petite Idée. N'hésitez surtout pas à vérifier.

Préface d'Erik Emptaz
Rédacteur en chef du Canard enchainé

Pétillon
Prénom René. Mais dès ses premières BD, il signe de son seul nom. Son personnage fétiche s'appelle Jack Palmer. Imper mastic surdimensionné et large chapeau, l'infatigable détective privé aura droit à toute une série d'albums, dont le plus célèbre, L'Enquête corse (2000), a été adapté au cinéma.
Dans les années 80, Pétillon a partagé avec Yves Got, dans les colonnes du Matin de Paris, les aventures de haut vol du Baron noir, un aigle qui n'était pas une buse. Puis dessiné ensuite pour l'hebdomadaire VSD. C'est en 1993 que tout en continuant la BD Il rejoint Le Canard enchaîné dont il devient l'un des piliers.
René Pétillon est mort en 2018. Trois ans déjà qu'il ne se moque plus des politiques et nous manque, mais ses dessins, eux, se jouent du temps. C'est la marque des grands.