Elisabeth Barillé (Auteur)

Résumé

La surdité évoquée comme une faiblesse et un isolement, mais aussi comme un droit à la rêverie et au retrait, à travers le récit de l'auteure : l'école, la famille, les accidents, les rencontres et la découverte d'un riche univers intérieur. Electre 2016

Année de publication: 2016
Editeur:Grasset
Nombre de pages: 1 vol. (125 p.)
Langue:Français
Univers:A01 - Romans français

Entendre, mais d'une seule oreille. Ne pas entendre comme il faudrait, donc, à l'école, en société, chez soi, mais entendre autre chose, souvent, entendre mieux, parfois. Dans ce récit intime, Élisabeth Barillé évoque son handicap invisible, malédiction et trésor, qui l'isole mais lui accorde aussi le droit d'être absente, le droit à la rêverie, au retrait, à la rétention, voire au refus. «Merci mon oreille morte. En me poussant à fuir tout ce qui fait groupe, la surdité m'a condamnée à l'aventure de la profondeur...»

Elle revient sur ce parcours du silence : sa vie d'enfant un peu à part, les refuges inventés, les accidents et les rencontres... De l'imperfection subie au «filon d'or pur», Élisabeth Barillé traverse l'histoire littéraire et musicale, dans une réflexion presque spirituelle.

Élisabeth Barillé est l'auteure de plusieurs romans, récits et biographies, parmi lesquels, chez Gallimard, Corps de jeune fille (1986), Exaucez-nous ! (1999, Prix de la Fondation de France), À ses pieds (2006). Et chez Grasset : Une légende russe (2012) et Un amour à l'aube (2014).